Ajax Amsterdam – Real Madrid : David contre Goliath - Jeanphifoot

Crédit photo : UEFA

Mercredi se déroulera la première manche d’une confrontation dont le résultat fait peu de doutes sur le papier. Jeanphifoot vous dit pourquoi croire en une surprise des Lanciers.

1- Le flamboyant niveau de jeu affiché par l’Ajax durant la phase de poule

Crédit photo : aminoapps

Dans une poule assez relevée ou se trouvait le Bayern de Munich, le Benfica et l’AEK Athènes, les Ajacides sont parvenus à se qualifier en obtenant douze points, soit trois de moins que le leader allemand, et cinq de plus que leur adversaire portugais, troisième et donc reversé en Europa League.

Une qualification donc maîtrisée au niveau comptable mais également sur le terrain. Les Hollandais ont débuté par une nette victoire 3-0 à domicile contre l’AEK. Ils se sont ensuite déplacés sur la pelouse de l’Allianz Arena et sont allés chercher le match nul 1-1 qui a surpris bon nombre d’observateurs. Le tournant pour la qualification se jouera lors du troisième match, au Johan Cruyff Arena, contre Benfica, avec une victoire 1-0 qui ne s’est dessinée qu’à la 92ème minute. Victoire méritée cependant, l’Ajax ayant largement dominé la rencontre avec plus de 57% de possession et dix tirs cadrés contre trois pour son adversaire. Lors de la seconde confrontation, sur la pelouse du stade de Luz, les Hollandais se sont contentés d’assurer le nul 1-1, laissant leur principal rival pour la qualification à quatre points. Enfin, ils ont confirmé leur place en huitième de finale en s’imposant 2-0 sur le terrain du stade Olympique d’Athènes, match marqué par des incidents en tribune, un fanatique Grec ayant lancé un cocktail molotov sur le parcage visiteur où se trouvaient les supporters d’Amsterdam. Il reste alors un match, et quel match, un affrontement contre le Bayern. Assuré d’être qualifié, l’Ajax peut même en cas de victoire empocher la première place du groupe. Au terme d’un match d’une très haute intensité allant d’un but à l’autre, les Bavarois cèdent le point du nul (3-3), qui, au classement, ne changera rien. Cependant, ces quatre-vingt dix minutes prouveront que les Ajacides peuvent rivaliser avec n’importe quelle formation.

2-Un mercato hivernal calme permettant à l’Ajax de garder ses jeunes talents pour la seconde partie de saison

Crédit photo : magbcart

Habituellement pillé par les meilleurs clubs européens, et parfois même considéré comme un centre de formation, le club dirigé par Leo Van Wijk n’a pas enregistré de départs clés cet hiver. Frenkie de Jong va bien signer au Barça, mais la pépite hollandaise restera jusqu’en juin 2019. Les futurs grands comme De Ligt, Mazraoui, Dolberg, David Neres ou encore les cadres comme Ziyech ou Tadic seront présents pour la suite de l’aventure en Champion’s League. Erik Ten Hag pourra même compter sur un nouveau défenseur central, Lisandro Magallán, arrivé en provenance du club argentin des Boca Juniors pour la somme de 9M€.

3-Un Real en demi-teinte depuis le début de la saison

Crédit photo : goal

Le club madrilène ne convainc pas totalement et les pertes de l’entraîneur Zidane et du joueur vedette Ronaldo se font sentir. D’abord contre l’Atletico Madrid, le 15 août 2018. Défait quatre buts à deux lors de la supercoupe d’Europe, ils n’ont pas été à la hauteur et le titre leur a échappé. En championnat, après un début de saison maîtrisé, les Merengues ont enchaîné cinq matchs sans victoire, s’inclinant 3-0 contre Séville, concédant le nul zéro à zéro contre l’Atlético, puis défait 1-0 sur la pelouse de Alavés, 2-1 par le Levante et surtout 5-1 par le rival Barcelonais. Cette mauvaise série scellera le sort de Julen Lopetegui, remplacé par Santiago Solari au poste d’entraîneur.

Grâce à une série moins décevante et aux quelques contre-performances des autres favoris au titre, le Real est actuellement troisième en Liga, a huit points du Barça, leader. En Ligue des Champions, la qualification a été assurée grâce à la première place obtenue, malgré deux défaites étonnantes contre le CSKA Moscou et des performances pas vraiment convaincantes.

Ces trois éléments nous laissent donc penser que bien que le club espagnol soit le favori, il ne faut pas enterrer les Lanciers trop tôt. Une chose est sûre, le match de mercredi promet…